Pascal Delenin

Les îles Cies par Pascal Delenin

Pascal Delenin

Les îles Cíes ont été baptisées « îles des dieux » par Ptolémée et identifiées par certains historiens comme étant peut-être les îles Cassiterides d'Hérodote où les Phéniciens se fournissaient en étain.

Elles sont situées dans le nord-ouest de l’Espagne dans la province de Pontevedra (Galice) et sont accessibles à partir des ports de Vigo, Cangas et Baiona.

Véritable paradis pour les amoureux de la nature et de la mer leur plage a été élue la plus belle au monde par le quotidien The Guardian en février 2007.

La première chose que l’on voit en approchant des îles Cíes c’est en effet l'impressionnant banc de sable de Rodas, qui relie l'île de Monteagudo à celle du Faro. Celle de Figueiras, ou celle de Nosa Señora sont d’autres plages magiques de ces îles.

Avec ses plages de fin sable blanc, ses eaux cristallines, d'un bleu turquoise intense, cet archipel n'est pas seulement un endroit de rêve, c'est aussi un site d’une grande valeur écologique. Ses merveilleux paysages font partie du Parque Nacional Maritimo Terrestre Das Illas Atlanticas de Galicia, qui abrite des fonds marins d'une richesse exceptionnelle et certaines des colonies d'oiseaux marins les plus importantes au monde. L'océan Atlantique, les dunes, les pinèdes, les falaises... Les îles Cíes offrent bien un paysage digne des dieux.

Enfilez ses chaussures de randonnée est un bon moyen pour découvrir les attraits des îles Cíes. Il existe quatre itinéraires bien balisés qui permettent de parcourir les forêts, le lac des Niños, les miradors pour observer les oiseaux, un village fortifié préromain, ou encore de magnifiques panoramas sur les falaises de la partie ouest depuis les deux phares des îles.

Dans son carnet de voyage, Pascal Delénin vous propose de parcourir le circuit qui monte jusqu’au phare Faro et qui est superbe. De là-haut le regard embrasse un panorama impressionnant couvrant îles, plages et falaises. Un chemin en lacets impressionnant de beauté conduit à ce phare culminant à 187 mètres au-dessus du niveau de la mer construit en 1853 par l’architecte Olavarria. Le phare lui-même est une construction de hauteur modeste (10 mètres) qui n’est pas habité et ne se visite pas.

Sur le sentier on peut voir des rochers aux formes curieuses sculptés par l’érosion. Un centre d'interprétation, situé sur les vestiges de l'ancien monastère de San Estevo, vous informera sur les différents circuits de découverte.

Les îles Cies … Le paradis sur terre peut-être pas, mais cela y ressemble beaucoup.